3 Comments

  1. Pierre B |

    Merci Benoit pour cette publication très complète. J’ai été amené à discuter sur ce sujet avec un représentant de l’association Nature Halal et l’aspect réversibilité du procédé d’étourdissement semblait en effet fondamental. A ce sujet, l’argument « l’animal n’est pas mort puisque son coeur bat » me semble nuire à la qualité globale du document. De nos jours, la mort se défini par rapport à l’activité cérébrale et non à l’activité cardiaque.

    Report this comment

  2. Benoît |

    Merci Pierre pour ces informations complémentaires. Je pense quant à moi que l’abattage sans étourdissement, qui est interdit en France depuis des dizaines d’années en raison des souffrances supplémentaires qu’il inflige aux animaux, mais malheureusement toléré dans les cas d’abattage Hallal et Kasher, devrait être strictement interdit dans tous les cas comme c’est le cas dans de nombreux pays européens. C’est aux musulmans et aux juifs, me semble-t-il, à s’adapter aux lois françaises et non l’inverse, surtout dans ce cas.

    Report this comment

  3. Raimon Sabater |

    Si les animaux sont des êtres doués de sensibilité, comme la science l’a démontré, y compris du côté de l’éthologie, comment peut-on encore tolérer ces pratiques davantage souffrantes ?

    Tuer des animaux, sans réelle nécessité, en 2020 est déjà problématique… y rajouter de la cruauté relève d’une pratique à bannir.

    Report this comment

Alors, qu'en pensez vous?