On fait pipi dans la soupe

de dans L'habitat et l'énergie Pas encore de commentaire

La fabrication de la soupe est bien connue : de bons produits, quelques ingrédients magiques, la compétence du cuisinier ou de la cuisinière, une énergie pour la cuire, et voilà le temps de la dégustation.  L’eau potable qui coule de notre robinet possède à peu près les mêmes ingrédients : de l’eau de base, quelques produits de filtrage ou bactéricides, la compétence de nos ingénieurs chimistes, l’énergie nécessaire pour la rendre excellente à la santé. Cette eau devenue potable devient un produit que chaque foyer doit approvisionner pour son usage quotidien.

Mais tous les jours, nous utilisons cette eau potable pour y faire nos besoins… !

Les chasses d’eau de nos toilettes représentent entre 20 et 30 % de notre consommation d’eau, le lavage du linge environ 12 %.

Martin Malvy est un journaliste, ancien ministre du gouvernement français, ancien président de la région Midi-Pyrénées. Il tire la sonnette d’alarme, il manquerait 50 % de notre besoin en eau en Occitanie d’ici 2050 pour une augmentation de la température du climat de 2°C.

Coteaux 21 s’intéresse dans cet article à la possibilité de récupérer cette eau qui nous tombe du ciel.

A quel usage, puis -je utiliser l’eau de pluie ?

L’eau de pluie est très facile à utiliser pour l’arrosage des jardins, la piscine, le nettoyage au garage (véhicule, bottes…), la chasse d’eau des toilettes ou le lave-linge

N’y a-t-il pas risques de pollution dans cette eau de pluie récupérée ?

L’eau de pluie doit être récupérée en aval de toiture, elle doit donc être filtrée des débris les plus gros pour l’arrosage, décantée pour la piscine ou les toilettes, filtrée pour le lave-linge.

Le stockage de l’eau dans une cuve à l’abri de la lumière permet son utilisation dans les chasses d’eau pour quelques semaines voire quelques mois…

Cette eau de pluie peut-elle être bue ?

Internet est peu clair sur ce sujet. En France, il est interdit par la loi de récupérer l’eau de pluie brute dans l’intention de la boire pour d’obscures raisons de pollutions éventuelles (ou de lobby particulièrement efficace ?).  En Australie par exemple, l’eau de pluie peut être récupérée et bue.

Faut-il une autorisation de l’Administration ?

L’Administration autorise la récupération de l’eau de pluie en aval des toitures pour des utilisations externes à la maison, mais tolère l’utilisation pour la chasse d’eau et le lave-linge. Raison est que le coût de l’assainissement de l’eau est facturé au M3 d’eau consommée. L’administration suppose que tout ce qui est consommé retourne à l’égout. Vous devez donc demander autorisation à la Mairie pour injecter à l’égout plus que ce que vous n’avez prélevé.

Si votre foyer est en assainissement autonome (fosse septique, micro station d’épuration…) :  pas d’autorisation à demander

https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F31481

Combien puis je gagner à utiliser l’eau de pluie pour mes toilettes ?

Les chasses d’eau nécessitent jusqu’à 36 litres d’eau par jour, (pour 4 visites au petit coin par personne), soit 52000 l par an pour un foyer de 4 personnes.  Cela fait beaucoup d’équivalent soupe jetée au tout à l’égout !

Bien sûr, il est compliqué d’installer une cuve de grande capacité, mais à 3€ le m3 d’eau potable (prix actuel moyen en France, 2,4€TTC sur ma dernière facture à St Geniès et en hausse dans les prochaines années), il convient de se poser sérieusement la question de l’investissement.

Certains gestionnaires d’eau (Communauté de Communes par exemple) ont mis en place une redevance incitative de l’eau. Plus le foyer consomme au-dessus d’un palier évalué en fonction de sa composition, plus le M3 d’eau sera cher.

https://www.bruded.fr/projet/la-facturation-incitative-des-redevances-assainissement-a-la-grigonnais-44/

Quelle quantité d’eau peut-on récupérer ?

La quantité d’eau récupérable dépend de la pluviométrie et de la surface de toiture. Le potentiel de récupération se situe entre 4 et 7 m3 par mois selon les régions pour un toit de 100 m².

Et s’il ne pleut pas assez ?

Il est très simple d’installer une manette au niveau des toilettes qui bascule l’approvisionnement de la chasse d’eau soit sur le récupérateur d’eau de pluie soit sur le réseau d’eau potable en cas de cuve vide. On peut aussi laisser 2 arrivées d’eau sur la chasse d’eau et ouvrir l’une ou l’autre.

Quel type de cuve choisir ?

Les cuves peuvent être hors sol ou enterrée, en polyéthylène haute densité (PEHD) ou en béton. Les premières sont moins chères et plus simples à installer. L’avantage du béton est sa capacité à rectifier le PH de l’eau après stockage pour une utilisation dans les piscines individuelles.

Ils existent des cuves souples qui se glissent dans le vide sanitaire ou sous une terrasse.

http://www.h2oeco.fr/cuves-souples-baches.html

Quelles règles faut-il suivre ?

Tout robinet d’eau de pluie utilisable à l’intérieur de la maison doit clairement être identifiable comme eau non potable. Une maintenance annuelle de la cuve et des accessoires est très fortement recommandée.  Que la cuve déborde de temps en temps est plutôt bénéfique pour évacuer les débris flottants. Une crépine d’aspiration flottante permet d’éviter d’aspirer l’eau du fond, naturellement moins clair (résidus de décantation).

Forer un puit ou récupérer l’eau de pluie ?

Avoir de l’eau dans son sous-sol n’est pas pour chacun. Forer un puit dans son jardin doit être soumis à la règlementation (déclaration d’ouvrage…) avec vérification par l’Administration concernée avec plan cadastral…

Les nappes phréatiques sont très souvent interconnectées entre elles. A Coteaux21, il nous semble plus durable, de réserver l’eau du puit si on en a un à l’arrosage (ce qui vient de la terre retourne à la terre) et l’eau de pluie récupérée à l’utilisation humaine. Mais ce n’est qu’un avis !

En cas de restriction d’eau décidée par la Préfecture, elles ne s’appliquent pas aux eaux de pluie récupérées mais elles s’appliquent au prélèvement au puit.

Les WC sont parmi les plus grands consommateurs d’eau : près d’un tiers de notre consommation d’eau potable ! Soulageons l’environnement et notre facture.

Pour aller plus loin :

Et si Coteaux21 lançait une opération groupée de ‘Récupération d’eau de pluie pour le particulier ‘

Reduction des prix, sélection du fournisseur, à plusieurs on est plus fort…

Donnez-nous votre opinion, votre réponse ou votre retour d’expérience sur coteaux21@gmail.com

www.coteaux21.bio

Pour les amoureux du compost et ceux qui désirent ne plus consommer du tout d’eau via leur toilette, voici une ultime résolution : fabriquer ses toilettes sèches !

Certains récupèrent même l’eau du bain ou de la douche pour les toilettes…

une idée de réservoir extérieur plus esthétique

www.consommerdurable.com/2010/06/recuperer-l-eau-de-pluie-pour-un-usage-sanitaire-toilettes-le-retour-d-experience-de-frederic/

 

Alors, qu'en pensez vous?